Après un cambriolage que doit-on déclarer à son assurance ?

Déclaration après un cambriolage

Vous avez été victime d'un cambriolage à votre domicile ? Voici les étapes à suivre pour être bien et vite dédommagé des pertes et dégâts que vous avez subis ainsi que les éléments que vous devez déclarer à votre assurance impérativement et rapidement.

A quel moment appeler votre assureur ?

Avant toute chose, quand vous constatez que vous avez été victime d'un cambriolage, contactez immédiatement le commissariat de police ou la brigade de gendarmerie de votre ville pour qu'ils interviennent au plus vite. En attendant leur venue, veillez à ne toucher à rien pour laisser intactes les potentielles empreintes des cambrioleurs.

Immédiatement après avoir porté plainte auprès de la police, appelez votre assureur pour lui signaler le cambriolage. Si votre serrure a été fracturée, demandez-lui la permission de la changer et gardez-la comme preuve de l'effraction. Vous pouvez également prendre une photo de votre serrure avant sa réparation.

Lors de cet appel, renseignez-vous bien auprès de votre assurance sur le type de contrat auquel vous avez souscrit. Avez-vous souscrit à une garantie vol dans le cadre d'un contrat multirisque habitation ? Si oui, vérifiez qu'elle couvre bien les cambriolages sans effraction si telle est votre situation. Votre assurance peut en effet avoir fortement limité la garantie vol et exclu le vol sans effraction, auquel cas cela sera précisé dans un contrat avec un paragraphe introduit par "tout sauf" listant en caractères gras les vols non couverts. Si le vol sans effraction n'est pas sur la liste, vous pouvez demander une indemnisation à votre assurance.

Découvrez la protection Securitas Direct 24h/24

Nos experts sécurité vous accompagnent dans la protection sur mesure de votre foyer.

Faites l'inventaire des biens qui vous ont été volés

Listez minutieusement tous les objets qui vous ont été dérobés lors du cambriolage dont vous avez été victime et rassembler un maximum de documents (factures, garanties...) prouvant la valeur des objets disparus. N'hésitez pas à collecter aussi des photos de ces derniers si vous en avez. Plus vous aurez de preuves de leur existence et de leur valeur, mieux vous serez indemnisés.

Déposez plainte au commissariat près de chez vous

La majorité des contrats d'assurances multirisques habitation obligent les assurés à porter plainte 24 ou 48h maximum après la découverte du cambriolage. Ne tardez donc pas à vous rendre au commissariat après la constatation des faits pour déclarer le vol que vous avez subi. Vous pouvez pré-enregistrer votre plainte en ligne pour gagner du temps. Surtout veillez à bien conserver le recepisse de votre plainte, il vous sera utile pour la déclaration de vol auprès de votre assurance habitation.

Les éléments à déclarer à votre assurance

Vous devez envoyer une déclaration écrite de sinistre dans les deux jours ouvrés par lettre recommandée à votre compagnie d'assurance. Dans votre courrier :

  • Dressez une liste estimative de vos pertes désignant les objets volés ou endommagés, leur valeur et leur année d'achat.
  • Incluez toutes les pièces justificatives possibles : certificats de garantie, attestations d'achat, factures, relevés bancaires, photos, actes notariés.... Ne négligez pas ce point, le montant de votre indemnisation en dépend.
  • Joignez le recepisse de votre plainte à la police ou à la gendarmerie. Ce document est indispensable à la constatation du vol que vous avez subi et votre indemnisation.

Votre courrier est prêt à être envoyé ? N'oubliez pas de :

  • préciser votre nom, prénom, adresse, numéro de téléphone et toute référence rattachée à votre dossier,
  • préciser le numéro du contrat de votre assurance,
  • dater et signer votre courrier,
  • conserver un double de celui-ci,
  • envoyer les copies des documents justificatifs (conserver les originaux).

Les conditions pour être indemnisés par son assurance suite à un cambriolage

Votre indemnisation dépend du type de contrat auquel vous avez souscrit auprès de votre assureur. Vous avez souscrit à une garantie vol ? En principe, tous les contrats d'assurance habitation proposent cette garantie. Pour pouvoir en bénéficier, il vous faut prouver que vous réunissez toutes les conditions contractuelles prévues. Si votre contrat ne prévoit pas le cambriolage sans effraction, notez bien tous les éléments pouvant prouver à votre assurance l'existence d'une tentative d'effraction au moment de remplir votre déclaration de vol et votre procès-verbal au commissariat de police ou à la gendarmerie : serrure abîmée, éraflure sur la porte, fenêtre fracturée...

Si malgré tout votre assureur refuse de vous indemniser, vous pouvez également remettre en cause la responsabilité de votre courtier pour "défaut de conseil" et demander une indemnisation d'une somme égale à ce que vous auriez pu recevoir de votre assurance si vous aviez été correctement couvert. Sachez cependant que c'est une procédure délicate puisqu'il s'agit de prouver la faute de votre compagnie d'assurance.

Que couvre la garantie vol de votre assurance habitation ?

En général, suite à un vol ou une tentative de cambriolage, les assureurs prennent en charge tout ou partie du coût des biens suivants, sous réserve de justificatif de leur existence (factures d'achat, d'entretien ou de réparation, garanties...) :

vos biens mobiliers : meubles, linge de maison, appareils ménagers... vos objets de valeur : bijoux, tableaux, fourrures, antiquités... vos objets high tech : télévision, chaîne hifi, tablette, ordinateur...

En principe, l'assurance prendra aussi en charge les frais de réparation liés au cambriolage : réparation d'une vitre, nouvelle serrure, dégâts causés par l'effraction...

Pensez à bien conserver les factures, photos et traces de ce que vous achetez ; c'est ce qui vous permettra d'être indemnisé correctement si vous êtes victime de cambriolage.

Comment se déroule l'indemnisation ?

Pour estimer l'indemnisation des biens qui vous ont été volés, l'assureur va relever leur valeur au jour du vol. Au montant de cette valeur sera soustrait un montant pour vétusté. La vétusté est considérée comme la dépréciation que le bien a subi depuis son achat. Un coefficient de vétusté est défini selon l'usure et l'obsolescence du bien.

A noter que pour les biens de valeur ce coefficient de vétusté ne sera pas appliqué car ces derniers prennent généralement de la valeur avec le temps, ce dont l'expert atteste au cas par cas.