Ces équipements de sécurité privatifs qui séduisent les assureurs

Sécurité et assurance

Le législateur, par l'intermédiaire du dispositif Morange, entend à partir de 2015, imposer l'adoption de dispositifs de sécurité privatifs aux particuliers, notamment concernant les systèmes d'alarme, mais les assureurs imposent déjà des normes précises. Rapprochez-vous de votre assurance pour connaître ce qu'elle prend en compte après un cambriolage.

La principale norme en vigueur sur le marché

La principale norme qui régit le secteur des équipements de sécurité domestique de type alarmes, détecteurs de fumées, ou caméras de télésurveillance est la norme NF A2P, qui garantit la qualité et la conformité des produits au niveau européen. Cette dernière comprend trois niveaux. Le niveau 1 concerne les particuliers qui ne possèdent pas de biens de haute valeur et qui sont peu exposés aux risques de cambriolage ou de sinistres variés. Le niveau 2 de la norme NF A2P s'adresse aux particuliers qui possèdent des biens de plus haute valeur et dont le lieu d'habitation est plus libre d'accès. Enfin le niveau 3 concerne à la fois les particuliers et les professionnels qui possèdent des propriétés ou des commerces qui abritent des biens de valeurs.

Découvrez la protection Securitas Direct 24h/24

Nos experts sécurité vous accompagnent dans la protection sur mesure de votre foyer.

La réglementation en vigueur

La seule réglementation officielle en vigueur dans le secteur de la sécurité à domicile est la norme APSAD R81 qui liste les critères purement techniques que les dispositifs d'alarme sans fil, les caméras et les détecteurs de mouvements doivent intégrer. Bien que la loi ne l'exige pas, les assureurs demandent régulièrement des certificats de conformité des systèmes d'alarme sans fil adoptés, délivrés par un organisme agréé, pour accepter une démarche de remboursement en cas de sinistre. C'est pourquoi il est important d'opter pour des systèmes de protection maison de qualité.

Les exigences des assureurs

Pour sécuriser les objets de valeur, et tenter de minimiser les risques et les sollicitations d'indemnisation, de nombreux assureurs exigent l'installation d'un système de sécurité à partir d'un certain niveau de valeur estimé des biens entreposés. L'assuré qui refuserait de se plier à cette installation, voit désormais sa demande d'indemnisation refusée, et relativement fréquemment son contrat d'assurance habitation résilié unilatéralement. En revanche, l'assuré qui prend l'initiative d'installer un dispositif de protection de son domicile sans y avoir été invité et qui le signale à son assureur, peut, dans certains cas, bénéficier de réduction de cotisations mensuelles sur sa police d'assurance.

Alors, pour protéger efficacement votre habitation avec des dispositifs de sécurité privatifs correspondant aux normes en vigueur, contactez sans plus tarder un expert de la sécurité qui saura vous conseiller et accompagner vos démarches.