Quels réflexes en cas de vol ou d’agression ?

réflexes à adopter dace à un cambriolage

1/ Dialoguer réduit le risque de passage à l'acte

FAUX

Si vous vous retrouvez nez à nez avec un cambrioleur dans votre salon, ne prenez aucun risque et coopérez ! Si, dans le cadre d'une agression se déroulant dans la rue, le dialogue peut parfois permettre de désamorcer le conflit, la tension extrême qui règne lors d'un cambriolage annihilera toutes vos tentatives. Pire, en essayant de discuter, vous risqueriez d'énerver et/ou de stresser le malfaiteur qui vous fait face. Très fortement déconseillé.

Découvrez la protection Securitas Direct 24h/24

Nos experts sécurité vous accompagnent dans la protection sur mesure de votre foyer.

2/ Fixer votre agresseur le déstabilisera

FAUX

Le dévisager serait à coup sûr interprété comme une provocation. On le répète : lors d'un cambriolage, les malfaiteurs, dans leur immense majorité, peuvent se montrer très agressifs. Voilà pourquoi, pour protéger votre famille, il est indispensable que vous coopériez.
En revanche, dès vos agresseurs partis, prévenez immédiatement les forces de l'ordre et communiquez leur tous les détails possibles (corpulences, vêtements, particularités physiques ou verbales, description de leur voiture s'ils en avaient, etc.).

3/ Utiliser une arme fera fuir votre agresseur

FAUX... et extrêmement risqué !

D'abord, sachez que pour des raisons évidentes de sécurité publique, la détention d'armes en France fait l'objet d'une réglementation stricte. De façon générale, si vous n'êtes ni chasseur, ni tireur sportif, vous ne pouvez acquérir d'armes létales (qui provoquent la mort).

En tout état de cause, si vous possédez une arme, il est IMPÉRATIF de ne pas l'utiliser si vous êtes attaqué par des malfaiteurs :

  • D'abord, parce que vous pourriez mortellement blesser l'un d'eux. En plus des conséquences dramatiques qu'engendrerait un tel acte, sachez qu'il est rarissime que la justice française retienne la notion de légitime défense au cours d'un procès d'assises.
  • Ensuite, parce qu'un cambrioleur chevronné n'aurait aucun mal à retourner l'arme contre vous ou votre famille.
  • Enfin, parce que si vos agresseurs étaient eux-mêmes armés (ce qui n'est pas à exclure), ils n'hésiteraient pas à ouvrir le feu les premiers.


4/ Une fois les cambrioleurs repartis, je ne touche à rien

VRAI

Afin de ne pas compromettre les chances de réussite de l'enquête qui sera diligentée, il est indispensable de laisser votre domicile en l'état. Un personnel spécialement formé aux actes de Police Scientifique se déplacera chez vous pour effectuer une recherche d'empreintes digitales, d'ADN ou d'autres marques, comme des traces de chaussures ou d'outils. D'où l'intérêt de ne toucher à rien. Si, malgré tout, vous deviez manipuler un objet ou fermer une fenêtre par exemple, faites-le avec des gants.

 

5/ L'alarme est le meilleur moyen pour protéger son domicile

VRAI

Ce sont les statistiques de l'Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP) qui le disent : un logement sans aucun dispositif de sécurité est beaucoup plus exposé qu'une habitation équipée d'une alarme.
En procédant à son installation, vous diviserez ainsi par 4 le risque d'être victime d'un cambriolage. Mieux : dans 95% des cas, le déclenchement de la sirène fera fuir les malfaiteurs qui n'aiment rien moins que d'être dérangés lorsqu'ils "travaillent".


Le saviez-vous ?

Selon le ministère de l'Intérieur, seuls 13% des cambriolages sont élucidés chaque année.