"Suite à un cambriolage, j’ai créé une association de Voisins vigilants"

Site voisins vigilants

En août 2013, la maison de Patrick Rebeyrol a été cambriolée. Bilan : près de 50 000 euros de préjudice. Depuis, cet ancien pilote militaire a créé une association locale anti-cambriolage : les Voisins Vigilants. Il raconte son traumatisme suite à son cambriolage.

Après un cambriolage, le sentiment de ne plus être à l'abri

Libourne, à une quarantaine de kilomètres de Bordeaux. Dans sa maison située au fond d'une allée, un peu à l'écart des autres habitations, Patrick Rebeyrol, 65 ans, s'est toujours senti "comme dans un petit paradis". "J'avais l'impression, une fois ma porte fermée, que je ne risquais rien et que ma famille était à l'abri". Un sentiment qui ne l'a jamais quitté jusqu'à cette nuit d'août 2013.

Alors que sa femme et lui dormaient à l'étage, des personnes se sont introduites chez eux en "bumpant" la serrure de leur garage. En d'autres termes, ils ont utilisé une clé de percussion (ou "bump key") permettant d'ouvrir environ 90% des serrures classiques.

Ce n'est que le lendemain, au réveil, que Patrick et sa femme ont découvert avec effroi qu'ils avaient été "visités". Les cambrioleurs ont fait une véritable razzia. "Ils m'ont pris mes ordinateurs, mes équipements photo et vidéo ainsi que mon coffre contenant des bijoux de famille, dont la plupart appartenait à ma mère." Un préjudice estimé à près de 50 000 euros.

Pourtant, c'est surtout le fait de savoir que des gens sont entrés chez eux qui a le plus marqué le couple. Une enquête menée par l'Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP) abonde en ce sens. Elle dévoile que le vol d'objets de valeur était loin d'être la première préoccupation des victimes (elle l'est pour 17% seulement) : pour 43% d'entre elles, cette place est occupée par la perte d'objets à caractère sentimental... et pour 38 %, de savoir que des inconnus sont entrés chez elles.

Découvrez la protection Securitas Direct 24h/24

Nos experts sécurité vous accompagnent dans la protection sur mesure de votre foyer.

Les Voisins Vigilants, association anti-cambriolages !

Quoi qu'il en soit, "cette histoire a radicalement changé notre perception des choses, assure le retraité. Aujourd'hui, notre vie n'est plus la même." Leur maison non plus : elle est désormais équipée de nouvelles serrures à clés incrochetables, de barreaux sur les fenêtres et d'un système d'alarme... "Son effet dissuasif nous rassure" explique Patrick.

En parallèle, l'ancien pilote a également décidé de créer une association Voisins Vigilants. Et s'il s'attendait à voir "5 ou 6 personnes" lors de la réunion d'information, "ils ont été en fait une vingtaine à venir". L'occasion pour lui de réaliser qu'il n'est pas le seul à avoir été cambriolé : son voisin l'a été deux semaines avant lui ! Avec le recul, il pense pouvoir expliquer ce silence. "Les personnes ont honte d'avoir été cambriolées. Et puis elles ont l'impression d'avoir failli et, quelque part, d'en être responsables..."

"Installer une alarme, c'est primordial"

Aujourd'hui, Patrick Rebeyrol et les Voisins Vigilants organisent régulièrement des réunions d'information sur les différentes techniques de cambriolage et sur les divers moyens de protection qui existent. Et il ne cesse de le répéter : les citoyens ont aussi un rôle à jouer. "Je me dis que c'est en se serrant les coudes entre voisins que nous arriverons à mieux nous protéger."

Le mot d'ordre est clair : si quelqu'un remarque quelque chose de suspect, une camionnette mal garée ou des rodeurs par exemple, il doit prévenir toute la communauté. Le retraité distille également quelques conseils : "Il est primordial d'installer une alarme ! Nos maisons ne sont pas des châteaux forts et blinder une porte alors qu'il y a une fenêtre à côté, ce n'est pas cohérent." Il n'a pas tort : la pose d'un système d'alarme divise par quatre les risques de cambriolage.

Le chiffre clef

Les bump keys, clés de frappe ou encore clés de percussion, sont proposées à la vente sur Internet pour moins de 30 euros.