Bien choisir son détecteur de fumée

bien choisir son détecteur de fumée

Les détecteurs de fumée, également appelés Détecteurs Avertisseurs Autonomes de Fumée (DAAF), sont obligatoires chez tous les particuliers depuis la loi Morange du 8 mars 2015. Mais encore faut-il savoir bien choisir son DAAF.
Avant d’acquérir son détecteur, si cela n’est pas encore fait, il convient de prendre en compte les normes en vigueur. En effet, seuls les appareils homologués permettent d’être en conformité avec la loi. De plus, un détecteur peu fiable représente un danger potentiel en cas d’incendie. Le détecteur de fumée peut être installé seul ou faire partie d’un système de sécurité plus global (anti-intrusion, incendie, agression…), comme c’est le cas pour les alarmes connectées. Nos conseils pour bien choisir votre DAAF, équipement indispensable de votre sécurité anti-incendie.

Lire la suite...

La norme, vous vérifierez

Lorsque l’on sait que 70% des incendies meurtriers surviennent la nuit, il n’est pas difficile de comprendre que l’installation d’un détecteur de fumée peut s’avérer vitale. Les détecteurs de fumée, ainsi d’ailleurs que ceux de monoxyde de carbone, sont des dispositifs destinés à renforcer la sécurité d’un logement et annihiler les risques d’incendie. La fabrication de ces appareils doit être rigoureusement contrôlée. En cas de défaillance ou de performance insuffisante, ils exposent leurs usagers à d’importants dangers.
Pour être sûr de ne pas vous tromper, votre choix devra se porter sur un modèle portant la marque CE et se conformer à la norme européenne NF EN 14604, visible sur l'étiquette. Cette norme est la garantie que les DAAF ont été vérifiés en usine par un laboratoire agréé indépendant. Elle est attribuée par des commissions indépendantes (l’AFNOR en France, par exemple), suite à la réalisation de nombreux tests en situation réelle. Il s’agit donc d’une garantie supplémentaire offerte au consommateur.
Grâce aux marquages NF et/ou CE, qui figurent de manière visible sur tous les emballages de détecteurs certifiés, il est impossible de se tromper. Acquérir un détecteur de fumée ou de monoxyde de carbone dont la conformité n’a pas été clairement établie ne garantit aucunement une protection optimale contre les incendies.
Les usagers sont exposés aux déclenchements tardifs ou inexistants de l’alarme. Qui plus est, en cas d’accident, l’assureur peut refuser de dédommager son affilié si le détecteur posé n’est pas aux normes. Mieux vaut donc dépenser quelques euros supplémentaires pour se procurer un détecteur de fumée de bonne qualité. Ne laissez pas votre sécurité et celle de vos proches au hasard.

Le fonctionnement, vous maîtriserez

Un détecteur de fumée peut se décliner sous différentes formes, avec des options variées. Par exemple :

  • La fonction silence : également appelée « mise en sourdine temporaire », elle désactive le détecteur pendant 10 minutes avant de le réactiver automatiquement. Si vous êtes fumeur, cela vous évitera des déclenchements d’alarmes intempestifs.
  • La fonction interconnectable : elle permet au DAAF d’être relié à d’autres détecteurs. Si l’un d’entre eux se déclenche, tous les autres se mettent à sonner. Pratique si vous vivez dans un grand appartement ou une maison à plusieurs étages.

À une bonne installation, vous veillerez

Pour vous garantir une bonne efficacité de votre détecteur de fumée, il est essentiel de l’installer convenablement et au bon endroit, à savoir :

  • dans les pièces à vivre : salon, chambres ou salle à manger
  • au centre du plafond ou, à défaut, à 30 cm des angles formés par les murs
  • à au moins 3 mètres de tout appareil émettant de la chaleur (radiateur, ordinateur, halogènes, télévision…)

Si vous optez pour un détecteur autonome à alarme intégrée, vous pouvez l’installer directement et par vous-même au plafond. En revanche, si vous voulez mettre votre détecteur en réseau avec d’autres appareils, par exemple le relier à un système d’alarme filaire existant, il est nécessaire de faire appel à un professionnel. Dans tous les cas, renseignez-vous bien avant d’installer votre matériel : son bon fonctionnement dépend de sa bonne installation.

La durée de vie de la pile, vous contrôlerez

Si vous avez opté pour le détecteur de fumée Verisure, sachez que lorsque sa pile est faible, il émet un bip et un voyant jaune clignotant toutes les 30 secondes. Ce qui ne doit pas vous empêcher de vérifier régulièrement le bon fonctionnement de votre DAAF en appuyant sur le bouton « test ». S’il est en parfait état de marche, son alarme se déclenchera.

Si tous les DAAF disponibles sur le marché sont fournis avec une pile, la durée de vie de celle-ci diffère. Ainsi,

  • une pile alcaline dure en moyenne 1 an,
  • une pile au lithium dure en moyenne 5 ans,
  • certains détecteurs sont équipés d’une pile qui tiendra 10 ans. Inconvénient : une fois déchargée, la pile ne se change pas. Il vous faudra racheter un détecteur.

 

Sachez enfin que quelle que soit la durée de vie de la pile de votre DAAF, une alarme se déclenchera avant que cette dernière ne soit totalement déchargée.

 

À un système d’alarme efficace, vous le relierez

Pour optimiser l’utilité de votre détecteur de fumée, l’idéal est de le connecter à un système d’alarme performant. Si vous optez par exemple pour un système d’alarme avec télésurveillance, en cas de détection de fumée, la station de télésurveillance sera immédiatement alertée et à même de gérer la situation, même si vous n’êtes pas présent à votre domicile. Ce système vous assure donc une sécurité optimale 7j/7 24h/24.
Vous pouvez aussi le relier à un système d’alarme avec auto-surveillance, auquel cas vous recevrez une alerte sur votre Smartphone dès qu’une fumée suspecte est détectée.
N’hésitez pas à contacter un professionnel pour vous informer des différents systèmes d’alarme existants. De nombreuses options sont à votre portée. Ce qui est sûr, c’est que, quel que soit le modèle que vous choisissez, relié à un bon système d’alarme, votre détecteur de fumée gagnera en utilité et en efficacité.

Le saviez-vous ?

La durée de la garantie de votre DAAF est généralement égale à la durée de vie de sa pile.

Nos derniers articles