Le détecteur de fumée est-il obligatoire ?

informations à savoir sur le détecteur de fumée

Destinés à assurer une protection incendie optimale, les DAAF, pour "Détecteurs Avertisseurs Autonomes de Fumée" , constituent un dispositif de sécurité essentiel et accessible à tous. Non seulement fortement conseillés, ils sont devenus obligatoires depuis la loi Morange du 8 mars 2015. Quel est leur rôle ? Que dit précisément la loi ? Que se passe-t-il si notre logement n'en est pas équipé ? Point sur le fonctionnement et les caractéristiques du détecteur de fumée, allié indispensables pour se prémunir contre les risques d'incendie.

Qu'est-ce qu'un détecteur de fumée ?

Un détecteur de fumée est un dispositif de sécurité signalant rapidement les premiers signaux d'un départ de feu. Pour ce faire, il est muni d'un capteur capable de repérer la présence de fumée dans l'air. Il est configuré pour déclencher immédiatement la sirène en cas de détection incendie. Il alerte ainsi de tout départ de fumées intempestives et limite considérablement les risques d'incendie domestique.

Concrètement, le DAAF se présente sous la forme d'un petit boîtier cylindrique. Il se compose d'une partie dédiée à la détection des fumées, d'une partie dédiée à l'alarme et d'un emplacement pour mettre la pile (pile alcaline ou lithium). Quelques modèles design existent aussi aujourd'hui pour esthétiser davantage votre détecteur de fumée et en faire un objet de décoration.

Attention à ne pas confondre les détecteurs de fumée avec les détecteurs de monoxyde de carbone, souvent rangés au même rayon et ressemblants en apparence. Les détecteurs de fumée alertent en cas de risque d'incendie ; les détecteurs de gaz alertent si un appareil à combustion dégage du monoxyde de carbone, gaz invisible et dangereux, dans la pièce. Les deux dispositifs sont donc complémentaires mais non identiques.

À noter qu'il est essentiel d'installer votre détecteur de fumée à une distance d'au moins trois mètres de tout appareil émettant de la chaleur (cheminée, halogène, radiateur, télévision...) ou dégageant de la vapeur. Évitez notamment de le positionner dans la cuisine, la salle de bains et le garage. En complément, il peut être intéressant de s'équiper d'un détecteur de chaleur. Celui-ci s'utilise là où les détecteurs de fumée sont inappropriés, à savoir dans les ambiances fumigènes : cuisines (fumée de cuisson) ou garages (gaz d'échappement) ... Ils déclenchent l'alarme dès que la température atteint entre 58 et 62°C. Détecteur de fumée, détecteur de gaz et détecteur de chaleur forment ainsi le trio parfait dans les équipements pour la protection incendie.

Découvrez la protection Securitas Direct 24h/24

Nos experts sécurité vous accompagnent dans la protection sur mesure de votre foyer.

À quoi sert un détecteur de fumée ?

Le détecteur de fumée a deux vocations : détecter les fumées intempestives et lancer l'alerte. Dans un premier temps, il détecte les fumées émises par un début d'incendie. Dans un deuxième temps, quasi simultané, il émet une alarme sonore destinée à alerter les occupants des lieux et à les enjoindre d'utiliser un extincteur et de solliciter les services d'urgence.

Autonome, le DAAF est apte à fonctionner seul. Il peut aussi être relié à un système d'alarme connecté (on parle alors de détecteur de fumée connecté), soit un système d'alarme connecté avec autosurveillance, soit un système d'alarme avec télésurveillance. Si vous optez pour une alarme avec télésurveillance, un centre de télésurveillance sera automatiquement alerté en cas de déclenchement de l'alarme. Des agents de télésurveillance prendront alors la situation en main, en vérifiant la validité de l'alerte et en intervenant sur les lieux si besoin. Si vous choisissez une alarme avec autosurveillance, une notification vous sera envoyée sur votre téléphone en cas de déclenchement de l'alarme.

Que dit la loi Morange ?

Depuis la loi Morange du 8 mars 2015, les détecteurs de fumée sont obligatoires dans tous les logements d'habitation. La loi stipule qu'ils doivent impérativement respecter la norme européenne EN 14 604. La norme NF n'est, elle, pas obligatoire, mais elle reste fortement conseillée, garantissant un niveau de sécurité supplémentaire.

La loi stipule également que c'est au propriétaire du logement d'acheter et d'installer le détecteur de fumée. Le locataire peut éventuellement se charger de cet achat mais il reviendra au propriétaire de le rembourser.

Si l'installation du détecteur de fumée est sous la responsabilité du propriétaire des lieux, le code de la construction précise que c'est à la personne occupant les lieux, qu'il s'agisse d'un locataire ou du propriétaire, de s'assurer de la maintenance, de la vérification du bon fonctionnement et du changement éventuel du détecteur de fumée.

Qu'est-ce que je risque si mon logement ne possède pas de détecteur incendie ?

Le détecteur de fumée est obligatoire. Cependant, la réglementation ne prévoit pour l'heure aucune sanction en cas de non-installation du détecteur de fumée. Par ailleurs, la compagnie d'assurance n'est pas autorisée à signaler un défaut d'installation du détecteur pour s'exonérer de son obligation d'indemniser les dommages causés par un incendie. Cela dit, faire valoir que vous aviez un détecteur de fumée opérationnel à votre assureur en cas d'incendie ne fera que le motiver à vous offrir un meilleur remboursement.

L'absence de sanctions ne saurait dévaluer le caractère obligatoire du détecteur de fumée qui est un réel outil de protection incendie. Un incendie domestique peut coûter cher à beaucoup de niveaux et il serait dommage de se priver des atouts sécurité d'un DAAF.

Comment choisir et bien s'installer son détecteur de fumée ?

Pour obéir à la loi, les détecteurs de fumée doivent impérativement répondre à la norme européenne EN 14 604 et porter le marquage CE. La norme européenne EN 14 604 garantit que le fabricant du détecteur a bien fait l'objet d'un contrôle de conformité en usine, réalisé par un laboratoire indépendant agréé. La norme NF, norme française, est un plus. En effet, là où la norme européenne tolère l'utilisation d'un adhésif, elle impose une fixation par vis. En imposant le respect de normes, le gouvernement vise à limiter la diffusion de détecteurs de fumée bas de gamme et moins fiables au niveau sécuritaire.

Petit et facile à installer, le détecteur de fumée peut s'installer par soi-même. Il suffit de percer des trous au mur pour le fixer par vis au mur. L'idéal est de le positionner à proximité du point le plus haut, là où les fumées ont le plus de chances de s'accumuler rapidement lors d'un départ de feu. Il doit de préférence être installé dans la zone de circulation desservant les chambres (palier, couloir), le plus loin possible des pièces humides comme la cuisine et la salle de bains. Dans les maisons ou dans les appartements comportant plusieurs étages, il est recommandé d'installer un détecteur de fumée à chaque étage. Dans les logements de grande surface, il est également recommandé de s'équiper de plusieurs détecteurs.

Comment s'assurer du bon fonctionnement de son DAAF ?

Un détecteur de fumée ne sert à rien s'il n'est pas bien installé, bien chargé, et bien fonctionnel. Si l'on peut tout à fait se charger de l'installation de son DAAF seul, recourir à un professionnel permet de s'assurer une pose optimale, un emplacement parfait et une mise en service adaptée. Le technicien contrôlera le bon fonctionnement de l'appareil et établira l'éventuelle connexion avec le système d'alarme lié. Il vous expliquera comment mettre en route votre appareil, comment désactiver la sirène s'il y a une fausse-alerte et comment entretenir votre détecteur de fumée.

Au-delà de veiller à sa bonne mise en place, il est essentiel de vérifier régulièrement le bon fonctionnement de votre DAAF. Tous les détecteurs de fumée sont fournis avec pile. Si c'est une pile alcaline, sa durée de vie annoncée est de 1 an ; si c'est une pile lithium, la durée de vie prévue est de 5 ans. Dans tous les cas, une alarme se déclenche quand la pile approche de la fin de sa durée de vie. Il faut alors la changer sans attendre, au risque d'avoir un détecteur de fumée inopérant. Certains DAAF disposent d'une pile dont la durée de vie est de 10 ans. Ceci dit, il faut savoir que celle-ci ne se change pas de sorte que, quand elle est déchargée, il faut racheter un détecteur et pas seulement une pile.

Pour entretenir votre DAAF, tâche qui vous revient que vous soyez propriétaire ou locataire de votre domicile, nettoyez tous les mois les fentes latérales de votre appareil. Celles-ci ne doivent jamais être obstruées, sinon la fumée ne peut pas pénétrer à l'intérieur et être détectée. N'hésitez pas à faire des tests une ou deux fois par an, en appuyant sur le bouton "test" ou en éteignant une bougie à côté du détecteur - à condition de bien savoir comment désactiver l'alarme. Enfin, veillez à changer la pile tous les ans pour une pile alcaline, et tous les 5 ans pour une pile lithium.

Incontournables pour éviter les risques d'incendies domestiques et s'assurer une parfaite sécurité, les détecteurs de fumée ont l'avantage d'être accessibles et simples d'usage. Il convient néanmoins de veiller à bien les mettre en place pour qu'ils puissent remplir leur rôle de protection incendie de manière fiable et optimale. Liés à un système d'alarme avec télésurveillance, ils constituent un dispositif extrêmement efficace et sécurisant pour vous protéger vous, vos proches, vos biens et votre domicile. N'hésitez pas à solliciter un professionnel pour bien choisir et installer votre détecteur de fumée.